some image

Tag Mindtouch pleine conscience

Restez positif, c’est pour le Bien de tous !

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , blog, Confiance, Le Bonheur au Travail, News, timeline
featured image
Photo by 邱 严 on Unsplash

Il est souvent entendu qu’il faut être et rester « positif » quoiqu’il arrive. Cette idée a toujours été soutenue dans les Sagesses anciennes. Pour autant, un événement n’est ni positif, ni négatif, il est la conséquence d’une action produite comme une réaction en chaîne intelligente, une suite simple de causes et d’effets qui ont précédé.

Ce sont les croyances, l’éducation et les valeurs qui déterminent si une situation apparaît comme agréable et favorable ou non.

Toute tentative de positiver une situation alors qu’elle vous affecte négativement est un déni qui aura des conséquences dans le corps de celui qui n’a pas pris le temps de l’observer avec un réel discernement.

Il est d’abord utile de reconnaître et accepter une situation pour ce qu’elle est et rien d’autre, sans chercher à la transformer ou l’embellir pour qu’elle devienne conforme à vos exigences intérieures.

Si vous vous observez réagir de façon négative, accepté cette réalité. C’est trop tard pour tenter d’être positif, le stimuli énergétique négatif s’est déjà propagé. Les personnes qui tentent ensuite de se rattraper en se répétant que « tout va bien se passer » ignorent que l’énergie suit la pensée et que l’intention qui est la racine de la pensée propage l’énergie plus loin que la parole.

C’est la raison pour laquelle, vous pouvez vous répéter une phrase tous les jours pour gagner à la loterie et ne jamais voir la couleur de cette promesse. Ceci arrive car une partie de vous-même ne croit pas vraiment à cette possibilité. Vous aimeriez gagner cet argent et accéder peut-être à une existence simplifiée mais tant qu’un atome en vous résiste à cette possibilité, elle restera hors d’atteinte.

Lorsque vous réagissez négativement car cela se produit nécessairement tous les jours, prenez le temps d’observer tous les phénomènes physiques qui se produisent en même temps que vous réagissez. Comment est votre respiration, plutôt bloquée ou libre… ? Plutôt dans le haut de la poitrine ou dans le bas-ventre ? Votre mâchoire est-elle serrée ? Votre corps est-il habité d’une certaine tension ou vos poings fermés ?

Cherchez ensuite à comprendre pourquoi cette situation vous affecte ? En quoi elle vous amoindrit ? Qu’est-ce que vous avez l’impression de perdre ?

Tous ces détails et bien d’autres vous permettront avec de l’entraînement de devenir capable de saisir la cause de votre souffrance et de déterminer l’instant où naît la pensée et où vous construisez une réaction négative. Vous aurez alors la possibilité de modifier ce qui doit l’être en conscience et rétablir un équilibre intérieur.

Est reconnu positif celui qui, face à l’adversité, déploie consciemment son énergie pour rester aligné intérieurement avec la compréhension intime que tout ce qui se produit sert une cause plus vaste.

Ne combattez pas vos réactions négatives. Servez-vous de votre intellect pour analyser la situation et alors seulement dirigez votre pensée aussi souvent que possible sur le Bien, le Beau et le Vrai. À nouveau, l’énergie suit la pensée. Les formes qui résulteront de cette application seront façonnées par le monde des qualités. Au fur et à mesure, les expériences « non concluantes » seront remplacées par des expériences « enrichissantes ».

Cependant, vous observerez qu’une expérience non concluante (négative) peut permettre un retour vers l’équilibre. Soit, un réel profit pour celui qui cherche à améliorer son attitude et obtenir des conséquences bénéfiques pour tous ceux qui font parti de l’environnement direct. Tandis qu’il existe des expériences non concluantes qui ne font que documenter l’existence dans ce qu’elle a d’appauvrissant.

Ceux qui sont plus expérimentés ont la capacité de maintenir cet axe tout en ayant conscience des réactions qui seront produites par l’intention. Tout comme l’agriculteur n’est point surpris de voir sortir de terre les épis de blé qu’il a lui-même semés. Les conditions extérieures ne sont pas de votre ressort, seul compte ce que vous semez.

Afin d’apprendre à ensemencer sa présence dans le présent et à cultiver ses pensées en communion avec les lois naturelles, je vous invite à cultiver jour après jour l’intention d’une réalisation passant exclusivement par l’épanouissement de tous. Ainsi, vous participez directement à créer sur la base d’une éthique fondamentale, un monde nouveau orienté sur les qualités dans lequel, vous êtes partie prenante.

Cette notion est importante lorsque vous réalisez que nous ne sommes plus à l’heure du développement personnel et que les défis rencontrés en entreprise et dans la Société de façon plus générale sont collectifs alors ils nous demandent de réagir en ayant conscience de cette globalité afin de formuler des idées innovantes incluant toutes et tous.

Bienveillance et Esprit de coopération

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , blog, Le Bonheur au Travail, News, timeline
featured image
Photo by Dylan Gillis on Unsplash

Bien que les temps soient difficiles dans certains secteurs de l’économie et que la concurrence entre les entreprises et la compétition entre les hommes sont loins d’avoir dit leurs derniers mots. Il est cependant heureux de constater que de plus en plus de managers et CEOs cherchent malgré tout comment développer un vrai et bel esprit de coopération dans l’entreprise. 

Nous savons aujourd’hui à quel point la bienveillance est la clé de l’esprit de coopération. Pour autant, comment appliquer la bienveillance sans tomber dans une harmonie de façade empêchant les choses importantes d’être dites et de pouvoir faire progresser le projet de l’entreprise ?

Je retrouve souvent cette problématique dans les entreprises dans lesquelles j’interviens. La peur du conflit tout comme le désir trop fort d’en découdre engendrent une zone de flottement dans laquelle les collaborateurs glissent. Il s’installe alors une sorte de laisser-faire et un manque évident de communication propices aux conflits inévitables où les règlements de comptes infectent ensuite les relations et la vie dans l’entreprise. Laisser-faire n’a rien à voir avec la bienveillance qui au contraire ne laisse pas la confusion s’installer et utilise la confrontation jamais dans le but de nuire mais de mettre en lumière le problème ainsi que les ressources à dispositions pour installer des solutions durables.

Si le rôle du CEO est de porter une vision et de s’assurer d’apporter à ce titre, tous les moyens à sa réalisation, le manager quant à lui, doit assurer la mise en œuvre de la vision en apportant non seulement ses compétences mais aussi toute son aide physique, psychologique et aussi en s’appuyant sur une certaine intelligence émotionnelle qui sans elle, ne laisse que peu de place à l’autre.

La bienveillance est la capacité à entrer directement en interaction avec les problèmes dans l’entreprise avec le désir de sérénité et de pérennité en posant la question : comment je peux vous aider ? Quelles solutions avez-vous imaginez pour améliorer l’intelligence collective dans l’entreprise sans nuire aux autres collaborateurs ? Qu’est-ce que je peux faire à mon niveau qui pourrait vous permettre de réussir à réaliser vos objectifs ?

J’ai aussi pu constaté que de nombreux collaborateurs se retrouvent avec les années sans un cahier des charges clair. De là vient la nécessité de clarifier les rôles de chacun dans l’entreprise afin que personne n’usurpe la responsabilité d’un autre ou s’échappe de son devoir. Un certain nombre de collaborateurs ont l’impression de ne plus faire le travail pour lequel ils ont été initialement recrutés.

La bienveillance consiste à encadrer les relations et à entrer de pleins-pieds, là où les problèmes se matérialisent. Pour cela, la parole des collaborateurs doit être libre et considérée avec respect. Libérer la parole dans ses équipes est la plus sûre façon de connaître la véritable cause des problèmes.

Le rôle de manager est difficile. Ceux qui agissent avec bienveillance considèrent chaque collaborateur comme son égal avec simplement une distinction dans le cahier des charges et non dans un rapport de pouvoir où la domination menace les collaborateurs. C’est de cette bienveillance-là que l’on crée un véritable esprit de coopération en permettant à chacun d’offrir le meilleur de lui-même sans avoir peur d’échouer ou de ne pas avoir les ressources nécessaires. Chaque collaborateur saura qu’il peut à chaque instant demander de l’aide et être soutenu dans son effort sans être considéré comme faible ou inefficace. Par ce que justement, le collaborateur aura su voir et déterminer des complications pouvant gêner la réalisation du projet de l’entreprise.

À ce titre, chacun est invité à accorder aux autres le bénéfice du bien et non celui du doute car c’est de cette façon que nous pouvons apporter une aide sincère et solide. Ainsi, tout le monde à son niveau peut devenir un agent qui fluidifie et apaise les relations au sein de son entourage.