some image

Blog

Apprendre à respirer c’est apprendre à vivre

Étiquettes : , , , , , , blog, Le Bonheur au Travail, News, Stress, timeline
featured image

Lorsqu’on souhaite expliquer la méditation, il est peut-être plus facile de commencer par la démystifier en expliquant ce qui n’est pas la méditation.

Par conséquent, ce n’est pas un espace ou une bulle que l’on se crée afin de vivre un sentiment de paix, de calme et de bien-être. Même si c’est agréable et que cela peut faire du bien momentanément, cela n’est pas la méditation mais le refus de la réalité et il nous faut admettre que la violence de la société actuelle incite chacun à chercher des solutions pouvant aller jusqu’à désirer profondément s’extraire de la réalité.

La méditation commence par le fait d’accepter l’intégralité de ce qui constitue sa vie à travers les événements et expériences qui nous sont proposés. Toutes les expériences agréables ou non que nous vivons ici et maintenant sont issues de nos choix passés. C’est un peu comme la respiration, nous inspirons et cela a pour conséquence une expiration inévitable. Chaque fois que nous inhalons de l’air, de la même façon nous organisons nos pensées en fonction de certaines croyances et lorsque nous expirons, les expériences se matérialisent naturellement. Certains diront qu’ils n’ont jamais demandé à vivre cela et pourtant ces mêmes personnes sont incapables de se souvenir de ce à quoi leur mental était connecté il y a cinq minutes seulement, comment pourraient-ils savoir vraiment qu’ils n’ont jamais demandé à vivre l’expérience qui leur est proposée. Le mental, s’il est vagabond ne peut se promener que dans les lieux qu’il connaît et non dans ceux qui lui sont aujourd’hui impénétrables. Par conséquent, toute expérience à sa raison d’être et ne peut être le fruit du hasard.

Lorsque nous inspirons de l’air nous savons bien qu’il finira par être expiré sans quoi nous mourons d’asphyxie. Il en est de même pour nos expériences, nous avons aspiré à certains désirs conditionnés par des croyances sociales et éducatives et nous en expirons ensuite pleinement cette énergie qui mêlée à l’environnement actuel engendre l’expérience que nous observons à cet instant. Le fait d’apprécier ou non une expérience ne nous permet pas d’y échapper, seul le fait de l’accepter comme une conséquence et de l’aimer, non pas au sens d’apprécier mais au sens de la comprendre comme étant une merveilleuse opportunité à la transformation, permettra des changements importants dans notre vie.

Nous vivons mal car nous respirons mal, nous respirons sans avoir conscience de ce qu’est la respiration et donc sans avoir conscience de ce que cela engendre et implique dans sa vie. Apprendre à respirer c’est apprendre à vivre et de la même façon, nous pourrions dire qu’apprendre à méditer commence par apprendre à respirer.

La méditation est comparable à un immeuble de plusieurs étages, nous pouvons le décrire de l’extérieur dans les détails les plus fournis mais nous ne le connaissons vraiment qu’en pénétrant à l’intérieur. Chaque étage est un état de conscience modifié, une perception à la fois plus approfondie mais aussi plus globale en même temps, comme une vue qui se dégage en fonction de la hauteur des étages. Seulement pour accéder dans les étages supérieurs, il n’y a pas d’escalier mais seulement un unique ascenseur, c’est la respiration. C’est elle qui nous permet de visiter ces étages de la conscience. La respiration est par conséquent la clé avec laquelle nous pouvons accéder à la méditation. C’est aussi la clé qui permet de maintenir l’équilibre intérieur entre la conscience et son environnement.

Lorsque nous mesurons le nombre de fois où nous maintenons notre respiration en apnée, il y a de quoi nous reconnaître comme des maîtres de la plongée sous-marine. À chaque fois, qu’une pensée désagréable traverse notre espace mental, que nous apprenons une mauvaise nouvelle, que nous sommes impatients, inquiets, angoissés, stressés, nous modifions notre respiration. Cela engendre ce que les anciennes Sagesses nomment des « lacunes » ou encore des « erreurs » dans la respiration qui sont la cause de désordres psychologiques et dysfonctionnements physiques ensuite.

La respiration est la clé de l’éveil ou du réveil de la conscience. Lorsque nous prenons conscience de notre respiration, nous observons avec stupeur que ce sont les événements qui influent sur notre respiration et non l’inverse et c’est pour cela que notre vie se complique autant et que nous finissons par perdre pieds et couler. Certains collaborateurs au bureau aiment utiliser l’expression « être sous l’eau », avouons que l’image est édifiante, non ? Notre respiration a perdu la souplesse que connaît l’enfant mais aussi la constance, la régularité et la spontanéité qui maintient tout l’être en harmonie avec son environnement. Un Maître disait « Nous respirons avant d’avoir conscience de notre respiration, fait donc confiance à votre respiration, à votre nature, elle est plus sage que vous. »

En apprenant à maintenir une conscience continue de sa respiration, nous apprenons à coopérer avec les événements du quotidien sans qu’ils ne viennent modifier notre état intérieur ainsi qu’à garder une attitude mentale neutre de sorte à ne pas juger, ni apprécier les évènements mais à les considérer pour ce qu’ils sont, des réponses, des expirations de nos pensées passées.

Par un effort maintenu à travers cet exercice nous sommes de moins en moins surpris par les expériences qui nous confrontent au quotidien car beaucoup plus connectés à nos pensées en conscience avec la respiration.

Plus nous devenons conscient de notre respiration et plus nous équilibrons notre vie et la rendons fluide, souple, naturelle et régulière. Nous lui ôtons au fur et à mesure toutes les « lacunes » qui encombrent le mental et les ruptures de rythme dans le mouvement de la vie.

Ne cherchez pas à surfer les vagues du quotidien mais devenez l’eau car elle contient l’intelligence de la nature, elle contient la sagesse que vous recherchez et à travers laquelle la vie n’est plus une lutte mais un mouvement infini de joie.

About Cyril

Mon premier contact avec la Méditation a été à l'âge de cinq ans. C'est cependant bien plus tard que j'ai installé cette pratique dans ma vie de tous les jours. Entrepreneur confirmé et Certifié en Psychologie Essentielle, j'ai développé une technique de Méditation simple et créative permettant de répondre aux difficultés de la vie contemporaine.

Related Posts